L’IMAGE

Benoit FURET, calligraphe

     Benoit Furet est un grand artiste, et je ne parle pas là de son impressionnante carrure ou de sa hauteur au garrot, mais de la délicatesse de son trait et de la précision de ses trouvailles. Il est capable à la fois de faire preuve d’un quasiment complet savoir historique et de l’envie gamine d’essayer autre chose…

Christine AGNEESSENS, photographe

Saisir l’instant, montrer le geste, révéler la matière, admirer la couleur, le graphisme des choses, qu’elles soient de la nature ou de la main de l’homme. Christine Agneessens se plait à citer Robert Capa « Les photos sont là, et tu n’as qu’à les prendre ».

Ainsi, un même soir en scène, le portrait de Tony au verso du livret, et nos trois silhouettes – Guillaume Chosson, violoncelle, Tony Baker à son piano, et moi debout, chantant – que plus tard et pour la bonne cause, Gildas emplira de ciel.

Gildas BITOUT, photographe et graphiste

Gildas Bitout est surprenant. Il vous emmène un matin sur une plage parce qu’il faut que ce soit là et à cette heure-ci, et fait de vous des photos où vous serez au final plus vrai et plus complet que s’il vous avait pris en portrait.

Antoine ALBRESPY, prince sans rire

Antoine Albrespy me fait penser à ce titre de Cioran « De l’inconvénient d’être né ». Il s’inquiète de l’état du monde, s’étonne de la mentalité de nombre de ses contemporains, hésite entre rires et larmes quant aux instructions de son employeur. Antoine se lamente mais ne désespère pas. Il observe, voyage, fait du vélo, du kayak, de la photographie… Il devine l’harmonie des choses, approche la beauté, il a l’œil…

Où croyez-vous par exemple qu’il a pris cette barque entre deux eaux ? À Coulon.