l’Amour, l’Enfance, la Fantaisie

images

AMOUR

mourir me font …

ce-me-semble-tout-a-lheure

Si je les classe dans l’ordre où ça se passe, nous avons les chansons d’émerveillement comme Balancelle ou Que je cherche à parler d’elle, les chansons de constance comme Ne change pas demain ou Que du feu, mais aussi de tourment – Trompeur, Sans toi, Robinson – sans oublier celles comme Strapontin ou Parcours fléché qui, comment dire, observent froidement le phénomène.

ENFANCE

Avec les yeux d’aujourd’hui

enfange

Peu de chansons directement pour les enfants. Quelques-unes quand même – Les arbres de la forêt, Pomme douce, Un secret de Polichinelle, Graines – ont un ton, un vocabulaire, une expressivité musicale qui peuvent les convaincre.

Plus nombreuses sont les chansons parlant d’enfance : une enfance remémorée – Petite souris, Longue échappée – ou célébrée  – , Le temps est un oiseau (saison 1) – où le fait – attention ! – que ce soit des enfants rend plus dur le tableau – J’ai une chanson, veux-tu la connaître ? –

Plus quelques autres où il est davantage question de la filiation que de l’enfance – Douleur Pastel, Chanson pour plus tard et sa version au féminin, Transat

J’en sais qui peuvent réjouir les enfants – Rapprochement à éviter, Girouette, mais qu’attends-tu… – ou les toucher – Talua –

À noter pour ma défense que Talua est au catalogue des Éditions Mômeludies, harmonisée à trois voix et instruments pour l’épanouissement de notre belle jeunesse !

À noter pour mon accusation que les Renard, Chat Botté, Belle au Bois dormant, Petit Poucet, Guignol et Barbe bleue – « les contes de notre enfance » comme disait Barbaba – ne figurent dans C’est quoi cette histoire ? que comme les signes d’un mal profond qualité pure peur!

images

FANTAISIE

J’envisage sérieusement de me mettre à la plaisanterie

saleté de dent de sagesse !salete-de-dent-de-sagesse

Fantaisie salutaire,
Entorse si minime
soit-elle au convenu,
Récréation du créateur,
Échappée belle du spectateur,
Invention qui donne à sourire
et prête à tout voir autrement,
sans duperie sur la qualité
ni crainte de l’insolite,
ni honte du cliché.

Si un peu d’esprit, j’espère, est présent dans nombre de mes chansons, peu c’est vrai relèvent de la franche gaité.
Le rire est-il trop sérieux pour être traité à la légère ? C’est comme si je n’entrais en fantaisie qu’après avoir choisi ma tenue dans une malle à déguisement : Rein et calcul en décor tropical, Rapprochement à éviter comme au Far West, J’ai peine perdue façon slave et Girouette, mais qu’attends-tu… en tableau à l’ancienne.
Je ne parlerai qu’en présence de mon psychanalyste.